lundi 27 février 2012

La révolution au supermarché


Bienvenue dans les nouveaux commerces de bouche !! Depuis quelques années, les enseignes de grande distribution rivalisent d’imagination pour proposer des concepts de plus en plus proches des consommateurs. Ils surfent entre autres sur la grande tendance cuisine pour imaginer de nouveaux concepts de magasins. 

Les petits commerces de proximité et de qualité, notamment dans les grandes villes, sont un des concepts phares. La superette devient design, avec des parquets clairs, de la lumière tamisée et une véritable mise en scène des aliments sur les présentoirs. Faire ses courses deviendrait presque chic !!

Les produits proposés correspondent davantage aux tendances actuelles, comme les repas à emporter, les plats prêts à cuisiner, d’origine biologiques ou de proximité. Egalement, les superettes misent à fond sur l’accueil, ce avec le sourire pardi, pour remettre le client au centre du processus. "Depuis six ans, notre réflexion part du consommateur et non plus du produit", explique Jean-Marc Rihouey, directeur des projets proximité et franchise chez Carrefour. "Pour gagner des clients, les grandes enseignes reprennent les vieilles recettes des petits commerces", analyse Jeff Deledicque, fondateur et dirigeant de l'agence Positif. Ce n'est pas dans les vieux pots qu'on fait les meilleures soupes ?

Les superettes rencontrent un tel succès, non seulement parce qu’ils sont dans l’air du temps, mais également parce qu’ils répondent aux demandes des consommateurs zappeurs et toujours plus pressés. La concurrence étant rude dans l’univers de la grande distribution, de nouveaux concepts fleurissent à chaque coin de rue. Pour fidéliser le client, "le commerce de précision voit le jour", selon Jean-Charles Naouri, PDG de Casino. "L'enseigne se décline maintenant en hypermarché, supermarché, supérette, sur le Net ou encore en drive in".

Mais les superettes design ne sont pas les seules révolutions au supermarché. D’autres concepts ont vu le jour et démontrent cette nouvelle idée de faire les courses :

  • La Coop, une des grandes enseignes suisses, propose avec succès depuis bientôt trois ans le concept du « scan it yourself ». Avec l’aide d’un appareil, le client scanne lui-même ses articles et au passage en caisse, présente seulement son appareil pour payer le solde dû.
  • Migros, l’autre géant de la distribution suisse, surfe sur le succès du bio et va inaugurer l’été prochain son premier supermarché 100% bio. Suite aux résultats de ce magasin pilote, le concept va s’étendre ailleurs en Suisse.
  • En France, après le "drive in", arrivent à Paris les "walk in" de Monoprix. Basé sur le même principe, le client passe sa commande sur son téléphone portable ou depuis son ordinateur, pour peut récupérer ensuite ses courses à pied.
  • Le Carrefour Planet, un hypermarché sophistiqué qui s'organise autour de huit zones à thème: marché, bio, beauté, surgelés, mode, bébé, maison et loisirs-multimedia. Dans chaque espace dédié vous trouvez des conseillers, des démonstrations, cours de cuisine, séance coiffure et autres.
  • Autre concept, éliminer au maximum les intermédiaires. Ainsi, ont vu le jour les magasins associatifs où des agriculteurs s’associent et ouvrent un local commun, se transformant à tour de rôle en vendeur ou caissier. En Suisse, certains marchés à la ferme fonctionnent sur ce même principe.



Ailleurs dans le monde, de nouveaux concepts voient également le jour. A Londres le "supermarché communautaire" The People’s Supermarket a été lancé au printemps 2010.  "Une coopérative non lucrative, gérée et détenue via une cotisation par des membres qui, s’ils donnent 4 heures de leur temps par mois, obtiennent une remise de 10% sur les produits. Moins de coût de personnel, des produits bio et locaux à un meilleur tarif". A Genève un concept similaire existe, le "Jardin de Cocagne", qui est une coopérative maraîchère où les coopérateurs/trices achètent une part sociale au moment de l’inscription, paient une cotisation annuelle et effectuent des journées de travail en échange de légumes.

Ensuite, plus high-tech et le rêve du parfait geek, à Séoul depuis fin 2010 le géant Tesco (troisième distributeur mondial après Walmart et Carrefour) a lancé un concept de supermarché virtuel. Dans les stations de métro, le client peut faire ses courses directement sur les murs !! Je m’explique, grâce à son téléphone portable le client scan les code barres des produits (QR codes) qui sont affichés sur les murs, au lieu des panneaux publicitaires. Les clients font ainsi leurs courses en attendant le métro et se font ensuite livrer tranquillement à domicile.
Après ces révolutions, à quoi rassemblera notre supermarché demain ? Existera-t-il toujours ?  Selon Saguez & Partners, agence de conseil et création en identité de marque, "oui, il y aura toujours des supermarchés. Néanmoins, ceux-ci vont devoir s’adapter aux clients qui ont l’habitude de zapper, en proposant des commerces qui ne sont pas des simples distributeurs (Internet le fait déjà très bien), mais où le conseil et la relation humaine ont toute leur importance. Le consommateur doit y vivre une expérience d’achat unique, avoir l’impression d’être chez quelqu’un et surtout, ne pas s’ennuyer. Et paradoxalement, plus la technologie fait partie du paysage quotidien du commerce, plus celui-ci redevient un lieu de proximité, qui permet de créer des liens". 


Pour finir, malgré les prouesses de la nouvelle technologie, on n’a pas tant que cela réinventé la roue, car on revient quand même toujours à la relation humaine !!
Sur ce, je vous souhaite une excellente journée gourmande de découverte des futurs commerces de bouche

1 commentaire:

  1. les courses dans le métro c'ets rentabilité maximum ! côté temps s'entend

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Messages les plus consultés